Comment réussir sa photo en noir et blanc

Quand on se met à la photo, il est clair que l’on passe tous par la phase noir et blanc. Pourquoi, tout simplement parce que de grandes photos et photographes se sont fait connaître sur un travail en noir et blanc. On ne sait pas vraiment pourquoi, même si on a une petite idée, mais ce rendu dé-saturé attire le regard. La photo en noir et blanc intrigue par l’ambiance qui se crée. On y retrouve une dose de mystère, d’intrigue, de magie et un sentiment intemporel qui nous envahie. Ces alliances de gris permettent de se focaliser sur la lumière qui crée une atmosphère particulière, que chaque photographe recherche. Cependant, il ne suffit pas de passer une photo en noir et blanc pour obtenir un rendu spectaculaire. Et oui, sinon nous serions tous au sommet.

Le noir et blanc est un art que l’on retrouve essentiellement en photographie, au cinéma, et légèrement en peinture. Une excellente entente de noir et de blanc est le fruit d’une autre vision sur les choses qui nous entoure. Nous sommes habitués à regarder notre monde coloré, chaque chose est définie par une couleur bien précise. Une banane rose étonne sur le moment. Et c’est bien pour cela que le noir et blanc surprend et plaît autant. Nous ne sommes pas habituer à voir, observer, contempler, en noir et blanc. Il faut donc apprendre à regarder en nuances de gris, l’œil s’éduque.

 

A propos du noir et blanc

Le noir et blanc est avant une photo où les pixels sont basculés en nuances de gris. Les couleurs ne sont donc pas présentes, et on sait que la couleur donne généralement de l’éclat à la photo. Il existe d’ailleurs une sérieuse controverse à savoir si le noir et le blanc sont considérés comme des couleurs. Ce qu’il faut prendre en considération, c’est qu’il existe une multitude de blanc. Par exemple le blanc « solaire » qui est à 6300 K (température). On nomme »blanc », tous les mélanges de longueurs d’onde que l’œil ne peut distinguer d’un vrai blanc d’une température quelconque. Puisque l’œil n’est sensible qu’à trois pics de longueurs d’onde. Tandis que le noir représente l’absence de couleur, c’est-à dire qu’il n’existe aucun rayonnement visible par l’œil.  Et enfin, le gris qui représente les « couleurs intermédiaires », soit la transition entre le blanc et le noir. On parle essentiellement de « noir et blanc », quand une photo n’est pas connectée à un service de colorimétrie (voir les couches Rvb et Cmjn).

 

Photo par Ivan Sgobba, Sanibel Island, Florida sur le blog La retouche photo

Commencez en RAW

Dans un premier temps, il est judicieux de réaliser sa photo sous le format Raw, et éviter d’obtenir un noir et blanc directement à partir de son appareil photo. Car ce dernier est bien souvent de mauvaise qualité et nous avons que très peu de contrôle dessus. Et avec l’expérience, on se lasse très vite de notre noir et blanc obtenu sans retouche photo. Tandis que si on tente l’expérience directement sur un logiciel photo, il est possible d’obtenir des résultats totalement différents. Puis, il est surtout possible de s’amuser avec les réglages afin de donner plus de force à son image grisée.

Cependant, si votre appareil photo ne vous propose pas le format Raw, alors je recommande de tester les autres formats. Le plus important c’est d’éviter le format Jpeg qui propose un taux de compression trop élevé pour la retouche photo. A chaque fois que l’on enregistre le fichier, ce dernier se détériore. Tandis que le format Raw n’est pas vraiment un fichier, il représente plus l’ensemble des informations de votre photo et les reconstitue sous une pseudo forme aplatie Jpeg. Ce dernier est le plus adapté pour la post-production, car le fichier est brut et contient toutes les informations de votre photo. Il est certes volumineux, il prend de la place sur nos cartes mémoires. C’est pas pour rien, que c’est le meilleur ! 😉

 

Photo par Shirren Lim, good morning bagan sur le blog La retouche photo

 

Définir le sujet

Bien entendu que le sujet de la photo est la chose la plus importante à prendre en considération avant de déclencher la photo. L’alliance du noir et blanc fonctionne sur plusieurs types de sujets. Cependant il existe certaines astuces à prendre en compte pour donner plus d’impact à sa photographie.

Le noir et blanc est un excellent, voir le meilleur moyen, de mettre en avant des textures, des rides, des marques, etc. Les sujets de vos photos ont une histoire, et c’est au photographe de le faire remarquer au spectateur. Le photographe développe son regard, ce qu’on appelle « un œil » dans le domaine, il est plus performant avec l’expérience. Le photographe appuie et met le doigt sur des détails qui révèlent des points forts de son modèle photo. Ce qui rend la photo plus forte et plus impressionnante !

 

Photo par Lee Jeffries, Homeless sur le blog La retouche photo

 

La force du contraste

Comme nous l’avons mentionné plus haut, le noir et blanc révèle l’absence de couleurs. On ne peut donc plus jouer avec les couleurs pour impressionner le lecteur. Il faut donc jouer sur d’autres réglages pour contrebalancer et tout de même éveiller sa curiosité. La seule chose qui reste à faire est de jouer avec les noirs (tons foncés), les gris (tons moyens) et les blancs (tons clairs), plus simplement les contrastes. Et c’est le contraste qui va nous permettre de créer une ambiance spécifique. On va donc jouer avec les tons foncés et les tons clairs pour optimiser au maximum le potentiel de la photo. Il convient de se focaliser sur une lumière qui vient d’un côté et percute votre sujet. Tandis que de l’autre côté les ombres sont renforcées pour souligner les formes et atténuer les textures du sujet. Il est donc intéressant de déplacer la lumière, ou de déplacer le sujet, pour obtenir d’autre résultats tout aussi intrigants et fascinants.

 

Photo par Laurent Baheux, giraffa sur le blog La retouche photo

 

Quand shooter ?

Existe-il « un meilleur moment », dans une journée, pour shooter un noir et blanc. Il n’existe pas vraiment de moment particulier, tout dépend de ses envies et de son ressentit. Comme nous l’avons vu précédemment, la lumière doit être bien présente pour définir le sujet. On obtient des lumières fortes et présentes généralement à la tombée de la nuit quand on allume les lumières. Il est donc très intéressant de shooter quand le soleil est couché. Les lumières de la ville, allumées et étincelantes, permettent de donner de la chaleur aux buildings, aux rues, aux magasins, aux piétons. Elles réveillent et animent les formes.

 

Photo par Shirren Lim, Stormy day sur le blog La retouche photo

 

D’autre part, on est souvent déçu et peu motivé quand la météo s’en mêle. En voyant arriver de gros nuages gris, on peut vite être tenté de laisser son appareil photo à la maison et de se mettre sur le canapé pour regarder un film. Mais c’est justement en cette absence de forte lumière qu’il est intéressant de sortir shooter. Ces gros nuages génèrent une atmosphère plus contrastée, propice au noir et blanc. Un jour de pluie, peut être très intéressant pour ajouter un effet miroir, obtenir plus de lumière et multiplier par deux les informations de votre scène. Ce genre de travail peut être nettement plus appréciable quelque instant après la tombée de la pluie. L’air est humide, les surfaces et les matières se reflètent ce qui multiplie les détails et renforce la composition. Pour finir, jouer avec les effets de flous peut ajouter un certain cachet à une photo. Jouer avec la vitesse d’un mouvement peu réellement impacté le noir et blanc d’une incroyable rendu. De réelles animations de la nature, comme les nuages dans le ciel, les vagues dans la mer ou encore les feuilles dans les arbres peuvent être un superbe atout à sa photo. Ou encore des animations citadines, comme la fumée des usines, les phares des voitures, etc.

 

Photo par Amine Fassi, Life on the road sur le blog La retouche photo

La post-production

Retoucher les photos en noir et blanc se fait depuis plus d’une centaines d’années, les développeurs le faisaient déjà sur les argentiques et bien avant ça encore. Donc oui bien avant le numérique, on accentuait, ou diminuait les contrastes à certains endroits pour perfectionner/ sublimer une photo. Des annotations et des zones étaient faîtes pour aiguiller le retoucheur dans son travail. Il est vrai qu’à l’époque, les photographes ne possédaient pas le même équipement qu’à l’heure actuelle, pourtant leurs clichés étaient remarquables. Probablement aussi dû aux excellentes retouches manuelles qui avaient été réalisées…

 

Portrait Ali par Thomas Hoepker, 1966 sur le blog La retouche photo

 

Comme il a été mentionné en début de page, qu’il est recommandé de photographier en Raw, on évite de dé-saturé bêtement sa photo dans son logiciel de photo préféré. Après tout ce travail de lumière, de contraste, de détails, de flous il est vraiment navrant de s’orienter vers un travail bâclé et d’anéantir tout le potentiel de sa photographie. Il est probablement plus pertinent et plus sage de travailler selon les couches, pour obtenir un meilleur contrôle sur son cliché. En travaillant directement à partir des couches RVB ou CMJN, il est rationnel d’ajuster les tons foncés et les tons clairs de chacun pour réajuster l’ensemble. Venir travailler la balance des blancs seulement sur le rouge, ou le vert, peut être vraiment bénéfique pour un cliché. Ou d’un autre côté, atténuer le bruit obtenu dans le ciel, il convient donc ici de retravailler la couche bleue. Cependant il peut être favorable d’utiliser le bruit pour un style plus granuleux, plus « vintage« . Tous les moyens sont bons pour bonifier son noir et blanc.

Si l’on n’est pas encore satisfait du résultat, il est toujours possible de retoucher la photo avec d’autres réglages. Pour modifier les noirs, les modificateurs niveaux, courbe, exposition, luminosité et contraste conviennent parfaitement. Probablement pas tous en même temps. Il peut être intéressant de retravailler les effets de flous, en accentuant certains points ou lignes avec les outils dodge and burn. Finir sur une optimisation de la netteté sur une partie ou sur la totalité de la photo peut davantage attirer le regard du spectateur et fixé son attention…

 

Photo par Phil Borges_JIGME & SONAM sur le blog La retouche photo

Extras ?

Photographes modernes

  • Voir le site du photographe Laurent Baheux (paysages, savane africaine).
  • Voir le site du photographe américain Lee Jeffries (portraits, sans-abris).

Photographes classiques

  • Voir le site du photographe américain Ansel Adams (paysages, Ouest Américain).
  • Voir le travail du photographe américain Dorothea Lange (portraits, La grande dépression).

Photographe étranges

  • Voir le travail du photographe hongrois Gyula « Brassaï » Halász (portraits, l’entre deux guerres).
  • Voir le site du photographe américain Jerry Uelsmann (paysages, surnaturel).

 

Vidéo timelapse

 

 

Ps : Il y a énormément à dire sur le thème du noir et blanc, je reviendrai avec des tutos et des vidéos pour illustrer le sujet et tenter de vous apporter encore plus de solutions. J’ai d’ailleurs réalisé un simple tuto noir et blanc sur un logiciel gratuit et en ligne, Pixlr express (ici).

N’hésitez pas à revenir sur le sujet dans les commentaires pour partager vos noir et blanc. Pour être plus informé des prochains articles et vidéos, inscrivez-vous à la newsletter et téléchargez le guide gratuitement.

Et n’oubliez pas de partager cet article ! 😉

Une réponse à “Comment réussir sa photo en noir et blanc

  • Salut! Des conseils vraiment utiles sur cet article ! C’est vraiment les petits changements qui font les plus grands changements.

    Merci beaucoup pour le partage !

Partagez vos créations, ou un petit mot...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :