5 conseils pour débutant Photoshop

Comment être plus à l’aise sur Photoshop

L’interface de Photoshop peut sembler compliqué aux premiers abords, mais il n’en est rien car Photoshop est personnalisable. L’interface paraît complexe avec ses onglets, ses fenêtres et ses options dans tous les sens.
 
La première fois que l’on ouvre Photoshop, il peut vite se noyer dans cette interface complexe.
La chose à faire dans un premier temps est de démystifier le logiciel. Afin d’éviter la pollution visuelle, et un mal de crâne. Qui nous fait refermé trop rapidement le logiciel !

Aujourd’hui, je vous dévoile cinq astuces pour que vous vous sentiez plus à l’aise dans le légendaire logiciel Adobe Photoshop. Ces cinq astuces vont vous permettre d’utiliser Photoshop facilement, rapidement et surtout de mettre de côté ce mal de crâne !

Une fois ces 5 astuces lues, vous allez vous dire :

  • Pourquoi je n’y ait pas penser plus tôt ?!
  • Mais oui, c’est évident…

Ou encore, « je le savais déjà ! » mais tu le faisais pas. Ou pas correctement, et encore moins sérieusement. Ces astuces sont pour moi indispensables pour réellement commencer à maîtriser Photoshop.

1 – Personnaliser Photoshop

Avant tout, je sais pas vous, mais moi je me souviendrai toute ma vie de mon premier jour sur Photoshop. J’ai vu des fenêtres, des réglages et des boutons partout. Je ne savais absolument pas quoi faire, ni par où commencer. Faut dire que je n’avais jamais ouvert un logiciel de traitement photo et encore moins un logiciel de graphisme. J’étais complètement perdu !

Lors de ce premier jour, ce premier cour de Photoshop, j’aurai vraiment apprécié démystifier cette interface. J’aurai aimé découvrir l’interface et surtout la personnaliser de telle façon à ce que je puisse me sentir à l’aise avec cette fameuse interface.  Mais j’étais le seul à ne pas savoir l’utiliser Photoshop.

Mon premier conseil, est de découvrir les différentes interfaces que Photoshop propose. Et de se faire la main avec chacun d’entre elles. Dans un second temps, quelques heures, jours, semaines voir mois… Je vous invite à personnaliser votre interface. A savoir créer vous même votre propre interface. Quoi de mieux pour vraiment se sentir à l’aise, comme à la maison !

Pour cela, je vous invite à comparer les différentes interfaces entre elles. Et à vous poser certaines questions, comme :

  • « Pourquoi cette fenêtre est ici ?
  • Est ce qu’elle me dérange ou pas ?
  • Est-ce que je verrai pas plutôt cette fenêtre ici, au dessus ou en dessous de celle ci ? »

Vous l’avez compris, il faut faire des essais et voir si cela peut correspondre à nos habitudes de travail. Néanmoins, on n’a pas trop d’habitudes de travail lorsque l’on débute sur un logiciel photo. Mais cela vient avec le temps, avec l’expérience. Et nos préférences évoluent avec la pratique, avec les années. Donc il n’y a pas du tout à s’en faire.

Et bien sûr, je vous invite à enregistrer votre interface favorite dans Photoshop, afin de la retrouver la prochaine fois. Et en plus, à vous créer des déclinaisons d’interfaces, exemple pour réaliser de la retouche mode/ beauté, de la retouche paysage, des photos montages/ concepts arts, etc.

2 – La barre d’outils simplifiée

Deuxièmement, voyons cette fameuse barre d’outils. Lors de ce premier jour de Photoshop, j’y comprenais rien. Il y en avait beaucoup trop pour mes petits yeux. Je ne savais absolument pas à quoi pouvait servir ces outils. Je n’avais jamais vu ces petits logos. Pire, Cela me paressait futuriste !

On peut dire que cette barre d’outils est quand même bien remplie. Il existe toutes sortes d’outils pour différentes actions, et parfois la différence est minime. Exemple, dans un outil, il y a des sous outils pour additionner ou soustraire. « Mais soustraire quoi ?! »

Mon deuxième conseil, est de supprimer tous les outils dont vous avez pas besoin. Il y a beaucoup d’outils qui nous servent à rien quand on débute dans Photoshop, ou avec le temps, on ne les utilise pas dans notre processus de traitement photos. Car encore une fois, on développe des habitudes !

Pour cela, il suffit de modifier la barre d’outils et de masquer les outils dont on ne sert pas. Cela consiste à déplacer les outils dans les outils supplémentaires. On pourra toujours aller les chercher une prochaine quand on en ressentira le besoin. Ainsi, au fur et à mesure, notre barre d’outils deviendra de plus en plus en complète. Chaque chose en son temps !

3 – Apprendre les raccourcis

Troisièmement, dans Photoshop, il est possible de sélectionner un outil ou un réglage très rapidement, à partir d’un raccourci clavier. Dons, plus besoin d’aller chercher à gauche ou à droite un outil ou un réglage. Ils font gagner beaucoup de temps !

Ces derniers sont définis par défaut, cependant ces raccourcis peuvent customisés. Attention tout de même à ne pas faire trop de modifications, car une fois que vous allez vous retrouver sur un autre poste de travail, vous serez complètement perdu. On peut bien entendu enregistrer cette barre d’outil dans un fichier et l’importer dans Photoshop.

Mon troisième conseil, c’est d’apprendre les principaux raccourcis claviers. Ceux que l’on habitude de retrouver dans la plus part des logiciels, exemple :

  • tout sélectionner (Ctrl + A) (ou pomme + A) [Mac],
  • copier (Ctrl + C ),
  • couper (Ctrl + X),
  • coller (Ctrl + V),
  • sauvegarder (Ctrl + S).

Ceux là sont très simples. On peut activer les outils avec les raccourcis suivants :

  • Navigation (V),
  • Lasso (L),
  • Pinceau (B),
  • Zoom (Z),
  • Dégradé (G).

Pour aller plus loin, on peut activer les réglages avec les raccourcis suivants :

  • Courbes (Ctrl + M), (ou pomme +M) [Mac],
  • Niveaux (Ctrl + L),
  • Teinte Saturation (Ctrl + U),
  • Balance des couleurs (Ctrl + B).

Ça, c’est si bien-sûr vous utiliser les réglages de base, néanmoins je recommande plutôt d’utiliser les calques de réglages.

4 – Organiser la fenêtre de calque

La fenêtre de calque est là tout se passe. C’est dans cette fenêtre que l’on va organiser et contrôler notre projet Photoshop, notre document .psd. C’est pour moi la fenêtre la plus importante de Photoshop, je la vois comme une tour de contrôle !

Si votre fenêtre de claque est mal gérée, mal entretenue, cela se ressentira sur votre création, sur votre résultat  final ! Il est pour moi judicieux et primordial d’apprendre à organiser sa fenêtre de calque.

Mon quatrième conseil, est d’avoir une fenêtre de calque organisée minutieusement. Cela commence par renommer chacun des calques, on peut pas se permettre d’avoir 15 ou 30 calques : calque 1, calque 2, calque 3, calque 3 copie, calque 5. Mais où est passé le calque 4 ??!

Si votre fenêtre de calque est organisée, vous allez gagner du temps et économiser de l’énergie. Rien de plus énervant que de chercher pendant 5 à 10 minutes un calque et de décocher chacun des calques pour trouver celui que vous cherchiez. Si vous êtes professionnel, le temps c’est de l’argent !

Je vous le dis honnêtement cela fait amateur, cela fait pas du tout professionnel. Par conséquent, cela reflète bien vôtre façon de faire, voir votre savoir-faire ! J’insiste sur l’organisation de la fenêtre de claque, car cela vous permet de hiérarchiser de façon claire et optimisée chacun de vos calques.

Par conséquent, je vous recommande de renommer chacun des calques avec un lexique efficace. Puis de créer des dossiers pour organiser vos calques. Enfin, utilisez les codes couleurs afin de repérer rapidement un dossier.

5 – Les effets trop puissants

Photoshop met à disposition beaucoup d’effets, de filtres et de réglages. A l’heure actuelle, je pense qu’il y en a beaucoup trop. Exemple la galerie des filtres.

  • Qui utilise encore la galerie des filtres ?!!
  • Tu l’utilises-toi, le carrelage ?

Il faut dire ce qu’il y est, il y a encore des effets au rendu très kitsch dans Photoshop. Cela reste bien entendu mon avis personnel. Cela ne veut pas dire que je ne les ai jamais utilisé. Moi aussi un jour, j’ai cliqué partout et je voulais faire du « Star Wars« .

Quand on débute sur Photoshop, on ne sait pas trop où on va. On ne sait pas trop vers quel effet ou quel style se tourner… Et c’est normal ! Laissez le temps faire les choses de lui même.

Mon cinquième conseil est de laisser les tomber les effets kitchs, rétros, old school… Abandonnez les effets qui veulent un peu rien dire !

Je considère qu’il vaut mieux réaliser une création un peu moins technique, mais bien faite. Plutôt qu’une créa hyper technique, mais mal faite. Assurez vos arrières. Simple mais efficace !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.