Interview avec Dave Brosha

L’un des photographes les plus respectés du Canada, Dave Brosha est en quête de la beauté de ce monde. Le photographe commercial, d’aventure et personnel primé a beaucoup voyagé dans les nombreuses provinces et territoires de son pays natal et à l’étranger. Il a été publié dans de nombreux médias et a exposé ses œuvres dans le monde entier. Aujourd’hui, nous avons le plaisir de parler à Dave de sa vie de photographe, de ses voyages à travers le monde et de la façon de se faire connaître.

Vous avez réussi à transformer votre passion en carrière, ce que la plupart des gens rêvent de faire. Quels conseils donneriez-vous à quelqu'un qui s'intéresse à la photographie comme emploi à temps plein ?

Dave – Je pense que si vous voulez quelque chose d’assez grand dans la vie et que vous êtes prêt à faire des sacrifices et à travailler dur, tout est réalisable. Il y a sept ou huit ans, j’ai eu ce moment où je savais que c’était ce que je voulais faire. A cette époque, je n’avais jamais étudié la photographie et je pouvais à peine allumer un appareil photo. Mais quelque chose en moi savait que la photographie est ce que je voulais faire de ma vie… alors je me suis mis à pratiquer. 

Comment ? J’absorbe tout ce que je peux. Lire des blogs et des livres sur la photographie. J’étudiais des images de photographes que j’aimais, essayant de conceptualiser dans mon esprit comment ils ont créé leur magie. Et puis, plus important encore, je m’entraîne et shoot autant que possible. Et je ne vois jamais ça comme une corvée, mais plutôt comme un feu qui brûle lentement et qui a besoin d’une alimentation constante.

Comment avez-vous commencé la photographie ? Est-ce quelque chose qui vous a toujours intéressé ?

Dave – J’ai toujours eu un côté artistique. Pas dans le sens d’avoir du talent pour dessiner, peindre ou chanter (même si ma famille est extrêmement musicale), mais dans le sens que j’ai toujours apprécié l’art en général et l’expression artistique. Mais je n’ai jamais su où se situait vraiment mon talent artistique jusqu’à ce que je tombe sur la photographie. Et quand je l’ai trouvé, je ne pouvais pas ne pas poursuivre dans cette voie. Je l’ai trouvé relativement tard par rapport à certains des jeunes talents que je vois, qui peuvent faire des choses étonnantes avec un appareil photo même à l’adolescence. Pour moi, j’avais 23 ou 24 ans avant de vraiment prendre un appareil photo, un Fuji Finepix 2MP, je m’en souviens encore.

Le catalyseur qui a permis d’aller plus loin a été trois choses : d’abord, l’endroit où j’ai vécu. J’avais déménagé à Resolute Bay, au Nunavut, dans l’Arctique canadien, en 2002, lorsque mon épouse et moi avons exploré avec elle des possibilités d’emploi qui n’existaient pas chez nous, en Nouvelle-Écosse. Le fait d’être dans une partie du monde si intacte et unique, un endroit que si peu de gens ont l’occasion de voir. Ça m’a inspiré à créer un petit site personnel pour montrer à mes amis et à ma famille les images que je faisais depuis ma nouvelle maison. Quelques-unes de ces images ont attiré l’attention des rédacteurs en chef de magazines. D’autant plus qu’ils avaient du mal à trouver des images sur l’Arctique et qu’ils étaient tombés sur mon site Web… plutôt que sur le fait qu’elles étaient bonnes.

Deuxièmement, j’ai eu un moment qui a vraiment fait tourner les roues. À peu près à la même époque, un photographe britannique du nom de Martin Hartley est passé par Resolute Bay pendant quelques semaines pour photographier une expédition polaire. J’ai tout de suite pensé (et je pense toujours) que Martin avait le travail le plus cool du monde, sans jeu de mots. Et j’ai été incroyablement inspiré non seulement de voir ses images intemporelles, mais aussi de voir ce photographe en vrai. Depuis, Martin a photographié pour le National Geographic et a récemment été nommé l’un des « Héros de l’environnement » du magazine Time. Ce n’est pas une petite inspiration.


Finalement, la plus grande poussée est venue de mon incroyable femme. Elle savait à quel point j’étais passionnée et, à son crédit, elle avait entièrement confiance en moi. C’était tellement important, et je n’aurais probablement pas franchi le pas sans son soutien et ses coups de pouce.

Quels sont vos aspects préférés du travail ? Lesquels VOUS PRÉFÉREZ LE MOINS ?

Dave – C’est un travail qui a beaucoup d’aspects postifs, mais wow, laissez-moi réfléchir. J’ai l’occasion de voyager à travers le monde, de découvrir des sites et des cultures que je sais que beaucoup de gens n’auront jamais l’occasion de découvrir. Je ne prends pas ça à la légère. Je me sens extrêmement chanceux. J’aime aussi le fait que chaque jour est différent. La répétition et la monotonie n’existent pas dans mon monde. Le fait que je puisse être créatif tous les jours, et même (et surtout) lorsque je travaille pour des clients, cela signifie beaucoup. Et les gens aussi. Rencontrer un si grand nombre de personnes de tous horizons est une chose très cool. Je suis une personne sociable, et j’adore cet aspect de mon travail.

Mais je pense que ce que j’aime le plus, c’est de savoir qu’à la fin de la journée, j’ai eu la chance de créer quelque chose de durable (je l’espère). Quelque chose que mes enfants pourront regarder dans les années à venir. Et savoir que je ne me suis pas contenté de regarder la télévision toute ma vie, mais que je suis sorti et que j’ai créé quelque chose.

Il y a très peu de choses que je n’aime pas dans ce travail, mais je mentirais si je ne disais pas qu’il y a des inconvénients. Pour réussir, il faut beaucoup de travail et cet engagement implique des sacrifices. Je ne peux pas compter le nombre de fois où je suis allé à mon studio après minuit. Je ne sais pas ce qu’est un week-end normal à moins d’être en vacances (j’essaie d’en prendre beaucoup).

Les étés sont les plus occupés pour moi, alors pendant que les autres campeurs camperont ou iront à la plage, je tourne généralement. Mais ce qui compte, c’est que les aspects négatifs de ce travail sont mineurs par rapport à ce que beaucoup de gens doivent affronter dans leur emploi. Pour ça, vous ne m’entendrez pas me plaindre.

En tant que photographe dont le travail implique beaucoup de voyages, quel est votre site préféré et quel impact cela a-t-il eu sur votre travail depuis votre visite ?

Dave – Trois endroits ont eu un impact énorme sur moi : Népal (je suis allé au camp de base du mont Everest en 2009). L’Égypte (j’y suis allé deux fois en mission au cours de la dernière année). Et mes nombreux voyages dans le Nord canadien éloigné.
Tout d’abord, faire l’expérience de la culture des Népalais et des sherpas au Népal était une chose très spirituelle. Ce voyage m’a permis de goûter pour la première fois au monde de certaines de mes icônes, comme Hartley, dont j’ai parlé plus tôt, et le regretté Galen Rowell.

 Deuxièmement, passer de superbes semaines avec nos hôtes égyptiens m’a vraiment ouvert les yeux sur une région du monde qui fait l’objet de tant de publicité douteuse. J’ai réalisé qu’en dépit de ce que l’on voit souvent aux nouvelles ici en Occident, les gens sont des gens où que vous soyez dans le monde. Et il y a des gens formidables dans ce monde. Enfin, le Nord. Nous avons une riche culture autochtone et inuite ici dans le Nord du Canada. Le fait d’avoir eu l’occasion de passer autant de temps à documenter cette culture au cours des cinq dernières années a eu un effet profond sur moi. Cela m’a permis d’avoir beaucoup plus de respect et d’appréciation pour des cultures qui ne sont pas les miennes.

Comment avez-vous réussi à passer d'une petite ville du Canada, à voyager à travers le monde pour prendre des photos ?

Dave – Au risque de passer pour un ringard, j’ai suivi mon cœur, et j’ai eu une foi totale dans le fait que ça marcherait (faire de la photographie comme un travail à plein temps, et le faire au-delà des limites étroites d’une petite ville). En visualisant où je voulais être et en exploitant la puissance d’Internet. Les médias sociaux comme Facebook sont le rêve d’un photographe : en tant que photographes, nous voulons créer, mais en fin de compte nous voulons que nos images soient vues.

C’est le but et le pouvoir d’une image : établir un lien avec quelqu’un. Facebook a permis à mes images d’être vues par un public beaucoup plus large qu’un simple public local, et cela a donné lieu à de nombreuses opportunités d’un point de vue plus national et international.

Avez-vous des conseils sur le marketing ou le côté commercial des choses ?

Dave – Il ne faut pas avoir peur de poster en ligne. J’ai partagé de nouveaux travaux presque tous les jours depuis trois ans, non pas parce que j’ai besoin de spammer les gens, mais parce que je photographie constamment (l’une des choses les plus importantes que vous pouvez faire si vous voulez développer votre vision) et je ne sais pas à quoi bon toutes ces images vont servir en restant enfermé sur un disque dur, sans voir la lumière du jour. Mais en même temps, cela doit être associé au fait d’être un éditeur fort. Ne montrez pas vos images douteuses, ou du moins faites-le avec parcimonie.


D’un point de vue commercial, suivez la devise : Soyez bon envers les gens. J’ai eu des centaines et des centaines de clients au cours des cinq dernières années et j’ai de solides relations avec presque tous ces clients. « Être bon envers les gens, c’est s’intéresser à leur vision. Écouter ce qu’ils veulent. Livrer ce que vous dites que vous allez livrer. De ne pas mettre son ego en travers de quoi que ce soit. Pour faire amende honorable quand vous foirez (ça arrive !).

Interview avec Dave Brosha : photographe canadien
Interview avec Dave Brosha : photographe canadien

Votre portefolio comprend tout, de la faune aux mariages. Comment en êtes-vous venu à photographier autant de sujets différents et à créer un portfolio aussi varié ?

Dave – La diversité de ce que je photographie est l’une des choses dont je suis le plus fier. J’avais l’habitude d’avoir des incertitudes sur le fait de photographier certaines choses. « Mes copains paysagistes me pardonneraient-ils si je faisais une séance pour nouveau-né ? » ou « Je veux être un photographe d’aventure, est-ce une mauvaise chose que je photographie des mariages, alors ? » Mais je m’en suis remis.

Je photographie tout et n’importe quoi et j’aborde tous les genres avec un seul objectif : comment puis-je être le meilleur photographe possible sur n’importe quel sujet ? Comment trouver l’art dans un sujet, quel qu’il soit ? Cette approche m’a vraiment aidé dans mon travail. Photographier un corpus d’œuvres extrêmement diversifié vous ouvre aux défis et aux apprentissages d’un si large éventail qu’il vous rend plus fort dans chaque genre distinct.

Une bonne gestion du temps peut être assez difficile à mettre en place. Quelles sont certaines de vos stratégies pour concilier famille et travail ?

Dave – J’ai un emploi du temps de fou, mais ma famille, c’est ma vie. J’ai de la chance de vivre dans un petit endroit et de pouvoir passer chez moi entre deux missions pendant la journée (il me faut cinq minutes pour rentrer chez moi en voiture). Bien que je puisse travailler sur certains tronçons exigeants qui impliquent beaucoup de déplacements pour le client, j’essaie d’emmener ma famille avec moi le plus souvent possible lors de mes voyages.

Au cours de la dernière année environ, cela les a amenés à voyager dans des endroits assez remarquables (Australie, République dominicaine, Floride) pour mon travail, ce qui signifie que je peux transformer un voyage de travail en vacances en même temps. J’adore les vacances. J’en prends beaucoup… D’un côté, il faut bien que je me rattrape pour avoir abandonné mes samedis !

Interview avec Dave Brosha : photographe canadien

Beaucoup d'artistes et de photographes sont confrontés à la pression d'être constamment créatifs. Où trouvez-vous l'inspiration ?

Dave – En ne limitant pas àqui et à où vous trouvez votre inspiration. Je peux regarder un magazine de paysage et trouver l’inspiration, mais je peux aussi choisir un magazine de mode et être tout aussi inspiré. Je trouve beaucoup d’inspiration dans ma famille, mes enfants. Voir le monde à travers leurs yeux et leurs expressions. J’essaie de trouver la beauté en tout. Ce but seul mène à beaucoup de moments inspirés.

POUR FINIR

Si vous voulez suivre le travail de Dave et voir d’autres de ses incroyables photos, allez voir son Instagram et Facebook.

Cette interview est traduite en français depuis le site Phlearn.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *