Comprendre les masques dans Photoshop

Créer un masque avec ses outils

Photoshop cours #003, débutant

 

Photoshop, depuis sa création,  a mis en place certains outils qui permettent aux photographes et aux graphistes de réaliser d’incroyables retouches sur leurs photos. Certains profitent des masques pour des retouches partielles, d’autres pour monter d’incroyables photomontages en multipliant les calques. Le masque est l’outil incontournable si l’on souhaite réaliser une composition, avec plusieurs calques (minimum deux calques). Ils permettent, aussi, de sécuriser nos calques en évitant de supprimer les parties que l’on ne souhaite pas afficher dans le rendu final.

 

Principe de base

  • En théorie, c’est plutôt simple.

On crée un masque sur un calque, ce masque permet de masquer les parties indésirables dans notre photo finale. Pour vous illustrer le concept, imaginez une grande feuille noire devant vos yeux. Celle-ci rend invisible ce que vous voyez, plutôt simple jusque-là. Dans Photoshop le noir, sur un masque, signifie que cette partie du calque est effacée et donc invisible dans notre document psd (fichier par défaut de Photoshop). Le fait d’utiliser un masque préserve notre calque, cela évite de supprimer une partie du calque. On ne sait jamais, la partie masquée peut nous servir plus tard…

 

  • En pratique, c’est un petit peu plus complexe. Mais pas certainement pas impossible !

Car avec les années, Photoshop n’a cessé d’évoluer, et le logiciel développe des outils de plus en plus performants. Mais le principe de base reste le même ce qui joue en notre faveur. Donc une fois que l’on sait qu’il faut recouvrir de noir ce qu’on ne souhaite pas afficher, (le principe de base) il ne reste plus qu’à l’appliquer. Et pour cela, Photoshop a créé plusieurs outils qui nous aident lors du processus. Certains sont simples, d’autres plus complexes à prendre en main. Certains, nous font économiser du temps mais le résultat n’est souvent pas convaincant. Tandis que d’autres outils, combinés à certaines techniques nous font perdre un peu de temps mais le résultat en vaut vraiment le coup. Donc je recommande, à chacun, de définir à l’avance si ce masque mérite que l’on soit minutieux, un peu ou pas trop précis. Tout dépend de son importance, très visible ou non, dans la composition. Cela vient avec le temps…

 

Les outils

Comme nous l’avons vu dans le principe de base, il faut remplir en noir les parties que l’on souhaite effacer. Il ne reste plus qu’à sélectionner les bons outils afin de procéder à la meilleure sélection possible, en fonction du calque à masquer. Pour une sélection rapide et basique, les formes de sélection (M: rectangle, ellipse) permet de rapidement masquer une grande surface (Edition> remplir). L’outil dégradé (G) agit à peu près comme le rectangle de sélection, mais celui-ci permet d’obtenir un dégradé, soit un flouté plus important dans l’atténuation du calque. Rapide, mais on manque de précision avec ce genre de sélection.

Les différents outils lasso (L) et plume (P) peuvent être un bon remède pour être plus précis dans la sélection. Il suffit de dessiner les contours, à la main, de la région à masquer. Ces outils sont un peu fastidieux à l’emploi, ils méritent d’être minutieux et surtout patient. Avec le temps, et un emploi régulier de ces outils, il peut être très pratique et rapide couplés aux raccourcis clavier.

Le pinceau (B) est nettement plus simple à l’emploi. On fait disparaître le calque en peignant en noir, et réapparaître en peignant en blanc. L’intérêt de l’utiliser est de jouer avec les brushs (les formes) des pinceaux, et son opacité, permet d’obtenir des effets intéressants sur nos masques.

La baguette magique permet de faire de rapide sélection. Cependant, les réglages de cette dernière sont à prendre en compte pour obtenir une sélection soignée. L’emploi de la plage des couleurs est nécessaire pour ajuster la sélection.

  • Il est possible d’atténuer les transitions des masques, en augmentant le contour progressif.

Note : Chaque sélection effectuée dans Photoshop peut-être enregistrées, ajustées, ou totalement transformées avec certains outils. Les différentes options se trouvent dans l’onglet sélection.

 

Pour finir

Certains masques de fusion peuvent prendre beaucoup de temps. Les sélections de ces derniers sont bien souvent longues et pénibles. Mais cela évite la détérioration du calque, les masques évitent de supprimer les calques. Chaque années, les ingénieurs de Adobe mette en place ou améliore certains outils pour que la sélection se fasse sans encombre. Il est donc important de connaître une bonne partie de ces outils et techniques pour déterminer l’emploi judicieux de ces derniers lors du processus de réalisation.

 

Astuces

  • nommer chaque masque,
  • jouer avec l’opacité du masque,
  • Alterner les brushs du pinceau et ses réglages,
  • Prendre le temps, quand il le faut.

 

J’espère que ce tutoriel vous a plu… dans ce cas,

  1. Laissez un gros LIKE sur la page,
  2. Partagez-le,
  3. Un commentaire, ou juste un petit mot 😉

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :