Faire un split frequency dans Photoshop

Le Split frequency, traduit par séparation fréquente des couches en français, est une célèbre technique en retouche photo. Celle-ci est généralement utilisée sur un portrait photo et sublime sérieusement ce dernier.

Cette technique permet de nettoyer et d’atténuer  les imperfections de la peau. Exemple, on peut souhaiter supprimer les boutons et les tâches disgracieuses, ainsi que les bosses que l’on peut avoir sur le visage et le reste du corps.

La séparation fréquence des couches n’est pas vraiment destinée aux débutants sur Photoshop, je tiens à être honnête. J’ai mis d’ailleurs pas mal d’année avant de l’utiliser, et j’apprends encore à l’améliorer et à la peaufiner avec le temps. Cette dernière demande de l’expérience et de la légèreté pour être maîtrisée. « C’est en forgeant que l’on devient forgeron », que l’on pourrait très bien adaptée, c’est en retouchant que l’on devient retoucheur ! Cette phrase toute faîte, que l’on entend régulièrement, s’avère tout de même vrai. Je n’arrête pas de me répéter, mais il faut pratiquer, et encore pratiquer, pour maîtriser Photoshop et l’art de la retouche photo. Car on a beau connaître le logiciel, cela ne veut pas dire que l’on applique correctement les effets. Et ça j’ai mis du temps à m’en rendre compte !

Mais, c’est quoi un Split Frequency ?!

Le Split frequency consiste à diviser en deux notre photo et créer deux couches. La première et basse couche contient les informations chromatiques, soit les couleurs. Tandis que la deuxième et haute couche contient les informations de texture, soit la netteté et le détail. C’est en fusionnant ces deux couches que l’on obtient notre photo originale. Il suffit de travailler sur chacune d’entre elle pour améliorer la qualité de la peau de façon non destructive.

 

 

Split frequency : la séparation fréquente des couches

Une fois notre photo originale importée dans Photoshop, on commence par sécuriser son travail en dupliquant ce calque « arrière plan ». J’ai pour habitude de lui attribuer un code couleur rouge, afin de m’avertir que ce calque ne doit en aucun cas être modifié. Et pour m’assurer que je sécurise au maximum mon travail dans Photoshop, je duplique une nouvelle fois ce calque que je renomme « Base ». Je lui attribue en plus un code couleur vert.

Maintenant on peut commencer à préparer notre technique.

Afin de bien préparer le terrain, je duplique deux fois mon calque « arrière plan » ou « base, c’est la même chose. Le premier est le calque « Low » et le deuxième « High ». C’est deux calques ont chacun leur rôle à jouer pour créer le rendu final de notre photo. Et je regroupe ces deux calques dans un dossier, que j’ai pour habitude de renommer « FS » pour Frequency separation, ou « SF » pour Split Frequency.

Pour mettre en place le Split frequency, on travaille sur ces deux calques séparés dans Photoshop. Le premier calque contient la basse fréquence, nous y retrouvons nos informations colorimétriques. On le renomme généralement « Low », pour basse (fréquence). Dans la vidéo, je crée un objet dynamique sur ce dernier afin de pouvoir modifier l’effet attribué si je le désire. Ici l’effet est un flou gaussien. En floutant notre calque, on fait déjà disparaître certaines imperfections et les couleurs de la peau paraissent plus fluides. J’en parle très sincèrement dans la vidéo ce n’est pas la technique que j’utilise actuellement, mais j’ai commencé par celle-ci. Je vous montrerai d’autres techniques sur le Split frequency dans d’autres vidéos « retouche beauté ».

Sécuriser sa retouche photo !

Afin, de sécuriser une fois de plus, et poursuivre mon travail sur la basse fréquence, je duplique mon calque « Low ». En fonction de mon workflow, je renomme ce dernier « Low clean ». Je vais apporter d’autres flous, plus importants sur ce calque pour atténuer encore certaines transitions colorimétriques indésirables. Une fois que je sens les limites du flou, je peux redistribuer de nouvelles teintes et luminosité grâce au pinceau en peignant avec une faible opacité (ici j’utilise l’option flux à 4%).

 

Avant et après le Split Frequency

Low pour la basse fréquence !

Maintenant que notre travail semble être (plus ou moins) finit sur les calques « Low » fréquence, on peut commencer à travailler sur notre haute fréquence. Ce deuxième calque « High » contient la texture de notre photo. Ils regroupent toutes les informations sur nos pixels blancs, noirs et gris, ces derniers donnent du détail et permet d’obtenir de la définition. Sur ce calque j’attribue la fonction Appliquer une image depuis l’onglet Image. Dans le panneau je sélectionne le calque source Low et choisis le mode de fusion Addition, je finis par inverser l’effet pour obtenir un calque en nuances de gris.

High pour la haute fréquence !

Pour nettoyer la peau sur notre calque « High » frequency, j’utilise ici le tampon. Mais je ne travaille pas directement sur ce premier calque « High ». Là aussi je duplique ce dernier pour travailler de façon non-destructive. Avec de dernier je détermine une zone à reproduire afin de repasser sur les pixels indésirables. Je travaille sur les transitions de mes pixels blancs, noirs et gris pour obtenir une meilleure fluidité dans la progression de ces pixels. Selon la zone de mon visage, le front, le nez, le menton j’adapte mon outil tampon et la zone à reproduire. Car à certains endroits, je vais vouloir faire disparaître, atténuer ou renforcer le grain de peau.

C’est en pratiquant, que la technique se met en place. Cette dernière demande pas mal d’entraînements, de portraits, comme le Dodge and burn pour être maîtrisée. Je n’hésite pas à recommencer et à revenir dans ma fenêtre historique pour annuler mes effets. Je peux ainsi repartir sur une bonne base. Une fois que je suis satisfait, et de temps en temps pendant ma retouche, je décoche la visibilité du dossier. Il faut prendre le recul nécessaire pour inspecter l’impact de ma Split Frequency. En rafraîchissant le regard, je remarque ainsi si je n’ai pas dénaturé, ou détérioré, mon portrait photo.

 

Pour finir

En conclusion, je le mentionne dans la vidéo, et aussi dans cet article, cette première technique sur la séparation fréquente des couches n’est pas celle que j’utilise actuellement. Et ceci pour plusieurs raisons :

  • Primo, quand on débute sur une nouvelle technique, on doit découvrir toutes les façons de créer cette technique avant d’en adopter une en fonction de son workflow.
  • Secundo, je ne veux pas vous encombrer et vous perturber avec trop d’informations complexes pour une première technique.

Une fois que mon travail sur la Split frequency est mis en place, je peux passer à la technique du Dodge and burn. Ce dernier permet de finaliser le travail de nettoyage sur notre photo. Ensuite on peut passer à la création, et aux artifices pour apporter un plus à notre portrait photo.

Pour aller plus loin sur la retouche de peau sur une photo, je vous invite à apporter de la brillance sur un portrait.

J’espère que ce tutoriel vous a plu… dans ce cas,

  1. Laissez un gros LIKE sur la page,
  2. Partagez-le,
  3. Un commentaire, ou juste un petit mot 😉

 

3 Réponses à “Faire un split frequency dans Photoshop

  • On reviendra très prochainement sur cette technique, Split Frequency.
    C’est la toute première technique que j’utilise dans Photoshop pour sublimer mon portrait photo. En amont, j’ai quand même fait un travail sur Camera Raw (dans Photoshop, mais généralement c’est fait dans Lightroom).
    Et vous comment réalisez vous votre Split Frequency ?

  • Superbe ! Merci bcp pour cette vidéo. On pourrait aller se faire une séance photo sur Paris si tu es dispo…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.