Pourquoi un book ?

Pourquoi faut-il absolument créer un un book ?

l’essentiel du book

 

 

Dans la vie, il n’est pas rare que l’on nous demande de prouver ce qu’on sait faire. Et cela commence même tout petit, souvenez-vous à l’école primaire (voir maternelle), quand on disait à ses amis « mais, moi je sais le faire« . Il y en avait toujours un pour te dire « Bah, prouve-le !« . Il convenait donc de ne pas se dégonfler et de prouver dans la seconde que l’on était capable de relever le défi. Dans le but d’être reconnu et obtenir de la considération de ses camarades. En d’autres mots, on appelle ça du respect. « Eh bien, en grandissant cela n’a pas changé ». Quoiqu’on peut même dire que ça s’est aggravé. « Et oui, si tu ne sais pas faire, tu n’es pas payé ». Tout travail mérite salaire. Pourquoi ne pas justifier son salaire, aux travers d’un book ? Une image vaut mille mots, donc on peut imaginer le travail que fait un book de vingt pages. Faut se l’avouer, le book parle à notre place. Ce qui rend la tâche plus pratique pour se vendre. Car le but est de se vendre, et pour vendre il faut plaire. Il me semble avoir plusieurs fois entendu, d’une bouche familière, quelque chose comme « en y mettant les formes, tu arriveras à obtenir plus facilement ce que tu veux« .

 

Qu’est-ce qu’un book ?

Par définition un book (en anglais, « book » se traduit par « livre« ) est un document ou dossier personnel qui regroupe l’essentiel des acquis d’une formation ou d’une expérience professionnelle. On monte ce dossier dans le but d’obtenir une reconnaissance par une école, un centre de formation, un employeur, etc. On y regroupe ses meilleurs travaux pour affirmer les compétences que l’on possède.

Le book est un outil indispensable pour une personne qui souhaite ou qui doit montrer son travail. Aux premiers abords quand on parle d’un book, on pense aux dessinateurs/ peintres, photographes et modèles photos, qui font imprimer leurs plus belles créations dans un sublime livret, avec un papier glacé et des couleurs éclatantes. Mais au début, cela n’a pas besoin de se passer ainsi. Sauf si l’on a les moyens et que l’on désire se faire plaisir. Mais je n’en vois pas l’utilité surtout quand on est débutant. Et cela paraîtrait pour de l’arrogance.

La réalité est tout autre quand on est étudiant, on n’a pas forcément le budget. Pour les étudiants, le book se fait principalement à la maison avec les moyens du bord (imprimante et colle). Pour une école de dessin, présenter ses meilleurs dessins ou peintures dans une planche à dessin de format A4 ou raisin, convient parfaitement. Chez un employeur en revanche, il faut que les choses soient le plus présentable possible. Car nous ne sommes plus considérés comme étudiant mais comme professionnel. Il faut donner une idée du travail que l’on est capable d’apporter à l’entreprise ou l’agence. Il est préférable de privilégier une bonne impression papier, avec des titres et des légendes pour expliquer le sujet. Même si c’est à nous de détailler nos créations pendant l’entretien.

 

Pourquoi faire un book?

Le book permet d’identifier rapidement les compétences d’une personne. Et vous allez me dire, « mais pourquoi justifier ses compétences ?« . Tout simplement car de nos jours, la concurrence est rude. Elle est rude parce que les prétendants sont de plus en plus nombreux chaque année et par conséquent le niveau augmente. Il faut donc montrer rapidement ce qu’on sait faire afin de prendre rapidement une place dans le rang. Et tenter d’avancer d’une ou plusieurs places chaque année. Car dans chaque domaine et discipline, il existe des rangs. Même si on ne veut pas rentrer dans le rang, indirectement et inconsciemment une place nous est attribuée. Tant que l’on ne montre pas, on n’existe pas aux yeux de l’autre. C’est malheureux à dire, mais c’est la simple vérité. Pour être reconnu dans un domaine, il faut prouver que l’on est bon dans celui-ci. Tout ça dans le simple but d’obtenir de la reconnaissance dans ce qu’on fait.

« Et quand est-ce qu’on nous demande notre book ? » On nous demande notre book, pour intégrer une école ou formation, et après pour obtenir un emploi ou un contrat. Il est assez rare que l’on ne nous demande pas notre book pour rentrer dans une école d’art, avant de passer les concours pour obtenir une admission. A la suite du baccalauréat, pour rentrer dans les écoles d’art, il faut certes montrer son dossier scolaire, mais surtout montrer son book. Et justifier que nous avons le niveau requis pour intégrer la première année,  » la prépa ».

Notre talent, notre technique et notre style évoluent avec l’expérience. Il faut donc faire des mises à jour, régulièrement, de notre book pour toujours montrer le meilleur. Une fois par an doit suffire.

 

Comment créer un book ?

Il existe plusieurs façons de créer un book, et tout dépend aussi de son domaine et de son niveau. Tout dépend de l’issue finale. Il faut se poser la question suivante « A quoi, ce book, va t’il me servir« . Si le book est destiné à une école d’art, les règles sont simples. Il faut rassembler trente à cinquante réalisations, on doit y découvrir un maximum de choses. Cela aide la personne à identifier l’ensemble de notre savoir-faire. Comme on peut s’en douter, les recruteurs ne s’attendent pas à ce que l’on présente une démo reel pour une année préparatoire. Le book évolue avec les expériences, il s’améliore avec le temps comme un bon vin ou un film classique. Donc il n’y a pas à s’inquiéter, le temps fait bien les choses. Le plus important à garder à l’esprit, c’est que lors de l’entretien la personne en face de vous doit sentir que le book évolue. Par conséquent, on garde sa plus belle pièce pour le dessert. Le but étant de en haleine cette personne, on doit faire grandir son intérêt tout au long du visionnage du book. La graduation doit être réelle dans le book. Par exemple en premier les croquis, les dessins en couleurs et les illustrations, et pour finir des montages ou collages photos.

Il est important de privilégier la qualité que la quantité. Dix superbes réalisations sont plus appréciées que trente bonnes réalisations ( ou quarante moyennes). Quand on débute, on a peu de réalisation et on ne connaît pas encore son style ou son domaine de prédilection. Dans ce cas, il convient de sélectionner que les deux ou trois meilleures œuvres dans chaque domaine. Par exemple pour postuler à une année préparatoire dans une école de dessin, il convient de prendre 2 dessins de nus, 2 dessins de croquis, 2 dessins de peinture ou aquarelle, 2 planches de collage photos, etc… Bon pour bien faire, le chiffre idéal est de 5 planches par domaine. Histoire de montrer de la diversité dans votre travail.

Mais avec l’évolution des nouvelles technologies qui sont accessibles à tous. On voit apparaître de nouvelles écoles d’art et surtout de nouveaux métiers. Avec une bonne touche de créativité, on découvre de nouveaux styles de book sur la net. Il existe de nombreuses plate formes spécialisées pour créer son book en ligne. Les artistes peuvent ainsi partager très facilement leurs travaux, pas besoin d’être un professionnel pour avoir sa propre galerie. En se créant un profil sur ce genre de site, cela permet de faire connaître son travail et surtout de se mettre en relation avec d’autres passionnés. Il est tout à fait possible qu’un amateur rentre en contact avec un professionnel, ou vice versa. Ils partagent la même passion, ce qui peut offrir de nombreuses et intéressantes opportunités (professionnelles ou pas). Grâces à ces pages stockées sur la toile, on obtient un book numérique à disposition. Ce qui facilite amplement l’envoi et le partage de nos créations avec les employeurs. Il faut attirer le regard des recruteurs sur notre profil, et pour ça il n’y a pas de règles. « C’est à celui qui sera le plus innovant et le plus créatif« .

La vidéo permet d’étendre les possibilités de présentation. Elle permet de regrouper l’ensemble de nos compétences et de les exposer de la meilleure façon qu’il soit. Et cela joue évidement dans la balance du recrutement. Tout le potentiel est exploité pour faire la différence auprès des recruteurs. Imaginons deux candidats, qui ont fait les mêmes écoles et obtenu tous les deux le même diplôme, postulant à la même offre professionnelle. L’un répond avec l’envoi d’un curriculum vitae au format word, tandis que le second fait parvenir sa candidature avec une vidéo. Bien entendu, que si cette dernière fonctionne bien, le deuxième candidat a nettement plus de chance de se faire sélectionner. Faire preuve d’originalité (de créativité et prendre des initiatives) nuit rarement à une candidature.

Il existe plusieurs styles de vidéos pour postuler à un emploi, il y a la vidéo CV, ou le candidat présente son CV. On y retrouve donc sa formation, des expériences professionnelles, des loisirs et un petit blabla sur la motivation. Puisque les artistes ne sont généralement pas très à l’aise avec les mots, ces deniers préfèrent s’orienter avec une démo réel. C’est une vidéo, où l’artiste va monter une séquence vidéo avec ses meilleurs travaux. Il peu d’ailleurs importer quelques making of pour détailler un peu plus ses projets. C’est généralement ces deux types de vidéos que l’on retrouve pour postuler à un emploi. Il est tout à fait possible de montrer son savoir-faire sous un autre type de vidéo, comme des timelapses.

 

Des trucs, des astuces ?

  • Renommez chaque réalisation intelligemment (ex : Croquis-architecture_2016_005).
  • Faîtes des sauvegardes de votre book sur un disque dur externe. Créez un book chaque année et renommez-le en conséquence (ex : Book-peinture_2015 ou Book-photo_2016).
  • Partagez vos dessins avec Drawin, TvhlandDeviantArt; vos photos sur 500px, InstagramFlickr; vos créations digitales sur BehanceCgSociety, 3Dvf, etc. Et pour finir, les inévitables Facebook et Youtube permettent aussi de stocker et partager vos réalisations. Il en existe encore beaucoup d’autres (comme Ultra-book, Kabook, CmonBOOK ou encore Kob-One, choisissez-en un avec beaucoup de trafic dans votre domaine.
  • Comme la vidéo est en plein essor, voici un lien pour vous donner des idées de CV vidéos. Le timing est très important, c’est lui qui donner un rythme à votre vidéo. Mais c’est la musique qui finalise et rend crédible le montage vidéo. Donc le choix de cette dernière est très important.
  • Un avis extérieur est primordial pour faire évoluer son book. Donc n’hésitez pas à demander l’avis de votre entourage, famille et amis. Partagez aussi vos créations en ligne et demandez l’avis des internautes. Des commentaires constructifs aident à progresser et à avancer. Contactez aussi, par mail, des artistes reconnus pour leurs demander un conseil ou deux. Certains prendront le temps de vous répondre.
  • Sélectionnez vraiment la crème de la crème, the best of the best (le meilleur du meilleur) pour votre book.
  • Créez pour créer, pas pour produire en masse pour votre book. Cela se ressent dans les créations. Faites-vous plaisir sur vos créas, testez de nouvelles choses pour élargir vos compétences et découvrir peut-être un nouveau talent !

 

J’espère que cet article vous a plu, dans ce cas pensez à laisser un gros LIKE, à le partager ou un commentaire pour nous dire quelques mots. Je me ferai un plaisir de revenir dessus… 😉

 

3 Réponses à “Pourquoi un book ?

  • Merci beaucoup Alex, pour cet article.
    J’avais pris conscience qu’il était important de se constituer un book, mais pas à ce point là. Et là, je me rends compte que cela m’a porté préjudice (des boulots manqués).
    J’ai toujours remis à demain, la mise à jour de mon book. Rien n’a été trier depuis plusieurs années, depuis ma dernière année en école de design. Je vais tout de suite m’y mettre, et clarifier tout ça.
    Merci pour cette motivation !

Partagez vos créations, ou un petit mot...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :